test

mardi 31 décembre 2013

Le réveillon de Nouvel An à travers le monde



Ce mardi 31 décembre, à minuit, des millions de personnes à travers le monde passeront le cap de la nouvelle année avec éclats. Auckland, en Nouvelle-Zélande, ouvrira la danse et inaugurera vingt-quatre heures de festivités sur la Terre. Nous vous proposons à nouveau un petit tour d'horizon des différentes traditions, des plus classiques aux plus extravagantes, qui seront célébrées à travers le globe.




Australie


Sydney est la deuxième grande ville à franchir le cap de la Nouvelle Année, du fait des fuseaux horaires. Elle organise les plus beaux feux d'artifice et brasse des foules supérieures au million de participants. La baie de Sydney représente un remarquable amphithéâtre naturel propice à ce spectacle où plus de 80.000 feux d'artifice sont tirés du Harbour Bridge. L’événement peut être vu à seize kilomètres à la ronde et attire en moyenne 300 000 touristes étrangers chaque année.

États-Unis

Le New Year's Eve est une fête très importante aux États-Unis. A New-York, la foule se rassemble pour observer l'énorme boule de cristal tomber du sommet du n°1, Times Square, lancée à 23h59 et atteignant le sol à minuit. Cette boule mesure deux mètres de diamètre et pèse une demi-tonne. Elle est parfois surnommée la "grosse pomme", en référence à la ville qui l'accueille. 


Espagne

Après avoir dégusté un repas en famille, les Espagnols suivent de près le compte à rebours. Il est de tradition de manger les campanadas, douze grains de raisin, un à chaque coup de minuit. La coutume remonterait à 1909, lorsque les vignerons ont pensé que cela les aiderait à écouler le surplus de production de cette année-là. Aujourd'hui, les grains sont symboles de chance, succès et prospérité. 


Japon 

Le réveillon se célèbre en famille, chez soi ou au temple. Chacun se pare de son plus beau kimono. Un immense feu de joie est allumé et, à minuit, la porte sacrée du sanctuaire s'ouvre. On se réunit dans la cour et attache aux arbres des bouts de papiers sur lesquels on inscrit ses vœux. Le prêtre fait alors sonner la cloche 108 fois pour détruire les 108 désirs humains, comme le veut la tradition bouddhiste.





Danemark

Les Danois montent sur les chaises et sautent tous ensemble lorsque le douzième coup de minuit retentit, pour chasser le mauvais sort. Aussi, il est important de fracasser des assiettes sur la devanture des maisons pour porter chance à leurs résidents. Donc, au plus vous avez de débris, au plus vous avez d'amis qui vous veulent du bien. :)

Finlande

Les finnois ont une pratique un peu curieuse : ils versent du plomb fondu dans de l'eau froide pour prédire l'année à venir. En effet, selon la forme prise par le métal une fois refroidi, les douze prochains mois seront soit heureux, soit malheureux... 




Pérou 

Un mannequin de paille et de chiffon est fabriqué par chaque foyer le 31 décembre. Il est habillé par les vêtements usés de l'année qui s'achève et planté devant chaque maison. A minuit, chaque famille sort dans la rue et brûle son mannequin, afin d'oublier l'année écoulée. Un peu superstitieux, les péruviens portent des sous-vêtements de couleur pour leur porter chance : le jaune pour l'argent et le rouge pour l'amour. 



Canada

Plusieurs traditions sont célébrées dans ce vaste pays. Sur la côté Est, hommes et femmes s'échangent leurs habits et sonnent aux portes afin de réclamer de quoi satisfaire leur soif. Un verre de rhum leur est souvent servi. Mais attention, il est de coutume d'embrasser une morue avant d'avaler le liquideD'autres encore font un plongeon dans les eaux glacées du nord pour satisfaire à la "trempette de l'ours polaire".

Laos

Le Nouvel An au Laos, en Thaïlande ou encore en Birmanie, est célébré par un grand Festival de l’Eau. On se rencontre et se souhaite bonne année en se versant un peu d'eau parfumée ou ... on s'arme de grands seau d'eau. C'est en effet la période la plus chaude de la saison sèche. 




Quels que soient vos projets pour ce soir, nous vous souhaitons un excellent réveillon de Nouvel An! 



lundi 16 décembre 2013

L'esprit de Noël tout autour du globe

Chaque année, le mois de décembre réveille en nous l'esprit de Noël et fait rimer sapin et cadeaux avec dinde aux marrons. Et pourtant, si ces mots nous semblent si familiers, il en va tout autrement chez nos voisins. 
Que diriez-vous de passer le réveillon... 

... en Suède



La veillée de Noël se veut lumineuse, pour éclairer la longue nuit de l'hiver nordique. Les bougies scintillent de mille feux et les étoiles en papier fabriquées par les enfants décorent les fenêtres. Le Père Noël est ici appelé Jul Tomte. Les Tomtes, ses petits gnomes, gardiens des foyers, sont posés sous le sapin afin d'apporter le bonheur pour la nouvelle année. 

... en Australie


De ce côté-là de la planète, le Père Noël a troqué son grand manteau d'hiver et son traîneau pour un maillot de bain, des tongs et une planche de surf ! En pleines vacances d'été et sous 30°C, on ne peut pas le blâmer. Les Australiens prennent la direction de la plage, partagent un bon barbecue et sortent les bikinis ! 

... au Portugal


La veille de Noël, les Portugais célèbrent la "messe du coq" et offrent une orange à leurs convives. Ils brûlent un tronc d'olivier dans la cheminée et dégustent la fameuse morue accompagnée de choux, de pommes de terre et d'huile d'olive. Ils gardent le meilleur pour la fin : treize desserts, symbolisant Jésus et les 12 apôtres. Ici, le petit Jésus se charge d'apporter les cadeaux. 


... en Russie


Comme l'Église est orthodoxe dans ce pays, on fête la naissance de Jésus en même temps que son baptême, les 6 et 7 janvier. Le père Givre et sa femme Babouchka apportent des cadeaux aux enfants sages. Les familles dégustent une oies farcie aux pommes et à la vodka, et laissent un bout de pain sur la table après le repas pour honorer la mémoire des défunts. 

... en Pologne 


La tradition veut que les Polonais fassent couler de la cire dans une serrure ou mettent de la paille sous la table pour apporter la chance. Des crèches à deux étages sont installées : une pour la naissance de Jésus, l'autre pour célébrer les héros nationaux. Les familles guettent l'apparition de la première étoile dans le ciel pour commencer les festivités. C'est alors que les enfants commencent à chanter. Une place libre est toujours laissée autour de la table au cas où quelqu'un d'autre arriverait. 




... en Espagne 



La "Noche Buena", la soirée du 24 décembre, les familles se réunissent pour apprécier le Turron, gourmandise ressemblant à un nougat de miel et d'amandes. En Catalogne, les crèches de Noël comptent un personnage supplémentaire, le "Caganer", petit santon déculotté. Les enfants devront attendre l'arrivée des Rois mages, le 6 janvier, pour recevoir leurs cadeaux. 



Envoûté par la magie des fêtes de fin d'année ? Pourquoi ne pas passer un réveillon de Noël ou de Nouvel an original cette année en partageant par exemple le foyer d'une famille espagnole, grâce à nos écoles partenaires Don Quijote ?

mercredi 4 décembre 2013

Tour d'Europe des marchés de Noël

Il ne faut pas toujours partir loin pour en prendre plein les yeux et les papilles ! Les effluves revigorantes de vin chaud à la cannelle se font déjà sentir et nous aident à affronter le froid de l'hiver avec plus de légèreté. Laissez-vous entraîner dans quelques-uns des plus beaux marchés de Noël d'Europe.


Strasbourg {du 30 novembre au 31 décembre 2013}


Le plus ancien et le plus célèbre des marchés de Noël français a lieu depuis 1570 dans la capitale alsacienne : le Christkindelsmärik (Marché de l'Enfant-Jésus). Plus de 200 chalets entourent la cathédrale gothique et investissent la ville, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Un sapin géant se tient fièrement sur la place centrale et les rues accueillent les petits marchés thématiques (le village du foie gras, celui des Bredele et pains d'épice, celui des enfants...)


Bruxelles {du 29 novembre 2013 au 5 janvier 2014}



"Les Plaisirs d'hiver", ce cher marché de Noël bruxellois, a été décrété "le plus original d'Europe" par les Tours opérateurs anglais. Plus de 2 km d'échoppes nous mènent de la Grand-Place au Marché aux Poissons, en passant par la Place Sainte-Catherine. De quoi dénicher des bijoux, des objets décoratifs ou de l'artisanat traditionnel. Pour les plus gourmands, les spécialités belges, telles les croustillons ou les bigorneaux, sont au rendez-vous et pour les amateurs de sensation, une patinoire et une Grande Roue de 48 mètres attendent les plus jeunes comme les plus grands.


Copenhague {du 15 novembre au 31 décembre 2013}


Ce marché de Noël se tient dans un lieu un peu insolite : les célèbres jardins de Tivoli, fameux parc d'attractions de la capitale danoise. Tous les éléments sont réunis pour créer une ambiance féérique : quelques 1200 sapins de Noël, plus de 110000 ampoules et 8 km de guirlandes lumineuses. Pour l'occasion, une patinoire et des manèges supplémentaires sont installés dans le parc. On peut évidemment y déguster les spécialités culinaires de la saison, comme les beignets Æbleskiver.




Nuremberg {du 29 novembre au 24 décembre 2013}



Impossible de faire un tour d'horizon des marchés de Noël sans passer par l'Allemagne. Celui de Nuremberg attire chaque année plus de deux millions de visiteurs. Vous pourrez y déguster les délicieux Lebkuchen (biscuits de pain d'épice), les Zwetschgenmännle (bonshommes en quetsches) et le vin chaud épicé. Voilà de quoi se réchauffer et se régaler. Les plus jeunes pourront s'essayer à la pyrogravure, au travail du verre et à la préparation de gâteaux de Noël. 

Prague {du 30 novembre 2013 au 12 janvier 2014}

La romantique capitale tchèque accueille deux marchés de Noël, l'un sur la place de la vieille ville et l'autre sur la place Venceslas. On y retrouve évidemment les fameux petits chalets ainsi que les spécialités artisanales et culinaires, mais la version tchèque du vin chaud, "Svařené vino", vaut largement le déplacement.



Rovaniemi {du 14 au 19 décembre 2013}

Envie d'être accueilli et chouchouté par le Père Noël en personne ? Alors il faudra vous rendre à Rovaniemi, à dix kilomètres au sud du cercle polaire, la capitale de la Laponie finlandaise et fief du Père Noël. Les petites cabanes en bois ne diffèrent pas des autres marchés européens, mais les produits locaux, eux, sont bien typiques. Vous pourrez faire votre réserve de pâté d'élan ou de chocolat Fazer, ou vous équiper pour les grands froids avec des peaux de renne, gants et écharpes en fourrure de renard. Les plus audacieux feront des balades en traîneaux, tirés par les husky. 


Vous avez l'eau à la bouche et des envies d'ailleurs, n'est-ce pas ? Choisissez votre destination et partez à l'aventure !


mardi 26 novembre 2013

Séjour linguistique à Los Angeles : l'expérience d'Alexandra.


J'ai choisi d'aller prendre des cours d'anglais à Los Angeles car c'est une ville que j'ai toujours rêvé de visiter. Pour moi, et c'est mon avis personnel, c'est la base de la Californie. Le climat et les paysages sont magnifiques et il y a énormément de choses à voir. Je voulais apprendre l'anglais car c'est devenu une langue incontournable et je souhaite la parler couramment.


Je suis partie étudier pendant huit semaines. C'est vraiment très court à mon goût. Je pense que la période minimum idéale serait de trois ou quatre mois. Mon anglais est bon, mais je souhaite le parler couramment donc ce n'était pas suffisant. Sinon, au bout de deux mois, on commence à s'attacher énormément à la famille et aux étudiants de l'école et quand je suis partie cela a été très dur. 


L'école ELC est très bien située. Je pense qu'on ne peut pas avoir mieux question localisation. Sinon, mis à part cela, l'organisation des niveaux et des cours est bien faite et le personnel et les professeurs sont très accueillants et toujours disponibles pour les étudiants. J'ai beaucoup appris avec cette école et je suis pleinement satisfaite.

Je me suis rendue compte que j'avais progressé en anglais. Je conseille à tout le monde d'aller en famille d'accueil, c'est la meilleure formule je pense pour améliorer son anglais, car on ne s'en rend pas compte mais on apprend énormément de vocabulaire quand on est à la maison. Grâce à la famille et à l'école, j'ai soigné mon accent et j'arrive à m'exprimer correctement.

En deux mois j'ai non seulement visité toute la ville de Los Angeles, mais je suis également allée à Las Vegas le temps d'un week-end, avec des amis rencontrés à l'école. C'était génial !! Je suis également allée à San diego sur une journée, et à Santa Barbara.
J'ai visité les studios de cinéma de Warner Bros et Universal studio et j'ai vu quelques acteurs du film Thor lors de l'avant-première qui s'est déroulée sur Hollywood Boulevard. Si je continue à vous raconter toutes les choses que j'ai faites, mon témoignage risque d'être vraiment long. ;)

Un conseil à donner ? Je recommande vivement de faire un séjour dans cette ville et cette école. Si quelqu'un souhaite plus d'information, il peut évidemment me contacter par email.
Je remercie "Langues Vivantes". C'est grâce à vous que j'ai trouvé cette école. Votre équipe s'est très bien occupée de mon dossier. 

Tenté(e) par l'expérience ? Alors n'hésite pas à consulter notre programme de "cours d'anglais à Los Angeles" et inscris-toi vite !

mardi 19 novembre 2013

La famille s'agrandit ...

Ces dernières semaines ont été marquées par l'arrivée de nouvelles recrues dans nos bureaux bruxellois. D'horizons et de formations diverses, nous avons tous au moins un point commun :  la passion du voyage et la découverte de nouvelles cultures.
Petite présentation de ces nouveaux visages. 


Estelle


Son âge et sa ville d'origine : J'ai 24 ans et viens d'Allemagne
Ses études : J'étudie la Gestion du tourisme international pour le moment, aux Pays-Bas.
Ses missions chez Langues Vivantes : Je m'occupe de la relation client pour le marché allemand et de la traduction des programmes dans cette langue, depuis début novembre.
Ses expériences à l'étranger : Mon cursus universitaire aux Pays-Bas, un séjour en Afrique du Sud et en Australie
Ses connaissances linguistiques : Je parle allemand, français et anglais.
Ses vacances de rêve : J'aimerais repartir en Afrique, admirer les paysages de la savane et aller à la rencontre des animaux sauvages. 




  Mathilde

Son âge et sa ville d'origine : J'ai 25 ans et viens de la région du Beaujolais, en France.
Ses études : Je suis diplomée en Communication et organisation d'événements.
Ses missions chez Langues Vivantes : Je suis très heureuse de m'occuper du marché francophone avec mes collègues, Saadia, Morgane et Julie.
Ses expériences à l'étranger : Après avoir passé trois mois comme stagiaire pour un festival de montgolfières et volé au-dessus des caribous au Québec, je suis devenue passionnée par la culture canadienne. J'ai aussi vécu dix mois en Irlande en tant que jeune fille au pair et huit mois au Pays de Galles comme assistante de français dans une High School.  
  
Ses connaissances linguistiques : Le français et l'anglais. Mon prochain objectif étant d'apprendre l'espagnol pour comprendre tous mes amis madrilènes.
Ses vacances de rêve : Toutes les destinations m'enthousiasment. J'adore voyager et découvrir de nouvelles cultures. 


Abi


Son âge et sa ville d'origine :  J'ai 23 ans et viens de Cambridge, en Angleterre.
Ses études : J'ai étudié Les littératures française et espagnole à l'Université de Newcastle.
Ses missions chez Langues Vivantes :  Je suis en charge du marché anglophone depuis septembre 2013.
Ses expériences à l'étranger : J'ai vécu plus de deux ans en France, à Lille, où j'ai enseigné l'anglais à de jeunes collégiens.
Ses connaissances linguistiques : Je parle français et anglais, aussi un peu d'espagnol. A l'avenir, j'aimerais apprendre le portugais
Ses vacances de rêve : J'adorerais me rendre au Brésil, pas spécialement pour la Coupe du Monde, mais plutôt pour rendre visite à ma famille installée là-bas.



Mélanie


Son âge et sa ville d'origine : J'ai 21 ans et je viens de France.
Ses études : Je suis actuellement étudiante en Communication et Traduction pour l'anglais et l'allemand.
Ses missions chez Langues Vivantes : Je m'occupe du marché germanophone depuis septembre.
Ses expériences à l'étranger : Mon Erasmus en Allemagne.
Ses connaissances linguistiques : Je parle français, anglais et allemand. Si je devais apprendre une nouvelle langue, je choisirais le russe, car je suis passionnée par la culture et la littérature de ce pays
Ses vacances de rêve : Un tour du monde avec des amies.


Maria


Son âge et sa ville d'origine : J'ai 27 ans  et viens de Moscou, en Russie.
Ses études : J'ai étudié un Bachelor en Sociologie et suivi un Master en Marketing.

Ses missions chez Langues Vivantes : J'aime l'idée d'évoluer dans une entreprise dynamique et internationale, où j'entends parler différentes langues autour de moi toute la journée. Pour ma part, je jongle entre le marché francophone et le marché russophone.
Ses expériences à l'étranger : Mes études à Paris, ville dont je suis tombée amoureuse.
Ses connaissances linguistiques : Je parle couramment russe, français et anglais. J'aimerais approfondir mon espagnol. J'adore la tonalité de cette langue et surtout ça m'ouvrirait les portes du monde hispanophone.
Ses vacances de rêve : Je les ai réalisées lors de mon voyage de noce en Argentine. J'ai pu admirer les baleines en Patagonie et profiter du climat tropical à Iguazy. 



Toute l'équipe sera très heureuse de te conseiller et de t'aider dans l'organisation de ton prochain séjour linguistique à l'étranger. Il ne te reste plus qu'à choisir la destination de tes rêves ! :)




mardi 12 novembre 2013

Séjour linguistique au Canada : un petit aperçu de ce grand pays


On peut trouver mille prétextes pour se rendre de ce côté-là de la planète. Voici quelques bonnes raisons de faire son baluchon, direction le Canada :

                          Le top du top

L’air serait plus pur chez son voisin ? Eh bien, on aurait tendance à le croire. Selon la fameuse étude réalisée par The Economist, Vancouver, Toronto et Calgary font partie des dix villes au monde où il est le plus agréable de vivre. La stabilité de la ville, le système de santé, le rayonnement culturel, la mise en valeur de l’environnement et la qualité des infrastructures sont quelques-uns des critères sur lesquels s’est basée cette hiérarchie. Qu’est ce qu’on attend pour partir ?


                                                        À couper le souffle


Les amoureux de la nature ne seront pas déçus dans cette contrée lointaine. Une fois sorti des villes surdimensionnées, vous n'aurez qu'à profiter des grands espaces : paysages époustouflants, randonnées en montagne ou dans les plaines infinies, sports à sensation dans les cascades... Le Canada possède plus de deux cents parcs nationaux et autant de parcs provinciaux, dont de nombreux sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.  Il est également possible d’observer de magnifiques ciels étoilés ou d’incroyables aurores boréales dans le nord du pays.

                          À plumes ou à poils


Qui dit grands espaces, dit flore et faune ! Les nombreux parcs permettent d’observer des animaux locaux tels le caribou, le wapiti, le pika, le coyote, l’ours brun ou polaire ou encore les baleines. Mais il n’est pas toujours nécessaire de s’aventurer dans les terres pour rencontrer des animaux sauvages. À Montréal, par exemple, il est assez courant d’apercevoir des raton-laveurs sur son balcon, ou encore, à Toronto, l’odeur si distinctive de la moufette ne tardera pas à chatouiller vos narines. Rassurez-vous tout de même, il y a très peu de chance de croiser un ours brun en plein centre-ville ! Pour ne pas être pris au dépourvu, il peut néanmoins être utile de s’informer sur les bonnes façons de réagir en leur présence en cas de rencontre fortuite.


                                                Petite leçon de gastronomie canadienne

Envie de déguster de la viande de phoque, de caribou ou de baleine ? En tout cas, vous ne pourrez pas résister à leur spécialité culinaire par excellence : la poutineCe mélange de frites, de sauce brune et de fromage, dont seuls les Canadiens ont le secret. Il ne faut pas oublier non plus le sirop d’érable, servi par-dessus vos pancakes ou aromatisant... votre bacon. Si ce n’est pas trop de votre goût, pas d'inquiétude. La cuisine canadienne a été largement influencée par les héritages français et britannique, et de nos jours, par les influences asiatiques et américaines. Vous aurez donc l'embarras du choix. Même si le pays importe beaucoup de marchandises, il produit également de la bière, comme la Coors, et du vin réputé. Bon appétit !


Votre sac est déjà prêt ? Il ne vous reste plus qu'à choisir dans quelle ville partir pour votre séjour linguistique au Canada

mardi 5 novembre 2013

Séjour linguistique à Toronto : les impressions d'Elisabeth.





J'ai choisi d'aller étudier l'anglais à Toronto car il me semble primordial au jour d'aujourd'hui de connaître l'anglais.

Le Canada me semblait parfait, plus discret et "safe" que les USA. Un mois, c'est si court ! Le premier jour, tu ne peux pas y croire lorsqu'on ne cesse de te répéter : "Only one month, it's too short !" Et pourtant, c'est si vrai !

Sérieuse mais "friendly" comme tout, l'école cosmopolite, quant à elle, nous fait progresser...c'est inévitable. C'est en partant une semaine après à Berlin que je me suis rendu compte de mon aisance en anglais et de la rapidité des conversations dans lesquelles j'étais impliquée !


Pour ceux qui hésiteraient encore à vivre dans une famille d'accueil : il le faut !!! Vivre avec des roomates, apprendre mieux la "vraie" culture, c'est super chouette.

Pour ce qui est de Toronto, la ville est grande et avec une quantité innombrable de choses à visiter; de jour comme de nuit ;-). Que ce soit du shopping vintage à Queen Street West, le musée d'art de l'Ontario ou encore les excursions organisées vers les chutes du Niagara ou vers New York, les occasions ne manquent pas.


Alors si tu as peur de te lancer, dis toi que tu seras suivi de près par l'équipe de Langues Vivantes qui t'aidera à te sentir vite comme chez toi ! 
Sérieusement, ne laisse pas le choix de ta vie t'échapper !

Envie de tenter l'aventure toi aussi ? Jette un coup d'œil à nos écoles partenaires au Canada !

mardi 22 octobre 2013

Immersion totale en Angleterre : l'expérience de Martin


Pourquoi as-tu choisi d'aller apprendre l'anglais en immersion totale en Angleterre ? 

Après ma rhéto, j'envisage d'aller un an dans une école de musique à Londres. Pour ce faire, il me faut pouvoir m'exprimer et comprendre l'anglais le mieux possible. L'immersion totale est pour moi la meilleure manière de s'améliorer et surtout, d'éviter tout contact avec ma propre langue.

Quelle a été la durée de ton séjour ? Est-ce suffisant, trop court, trop long ? Pourquoi ?
Je suis resté quinze jours dans ma famille d'accueil. C'était déjà bien, mais je m'y suis tellement plu que je serais volontiers resté plus longtemps ! 

Qu’as-tu pensé de la formule one-to-one (cours, professeur, immersion) ? 
  
C'était vraiment cool.

T’es-tu rendu compte que tu avais progressé ?

Oui, même si de l'avis de mon hôtesse / prof. mon niveau d'anglais est déjà très bon pour mon âge, ça m'a permis d'oser m'exprimer plus facilement. J'ai commencé à lire en anglais, ce que je n'avais encore jamais fait. Je regarde maintenant aussi des séries en anglais. Ça a vraiment été un plus pour moi.

Tu logeais dans la famille de ton professeur. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

Je m'y suis senti comme chez moi. Finalement, le fait de vivre chez son professeur fait que les cours n'arrêtent jamais, mais de manière ludique. J'ai eu de très bons contacts avec toute la famille et c'était super !

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui vont partir dans la même région que toi ?

Bien sûr la visite de Londres, mais en tant que musicien, le "Drum shop" de Wembley.

Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Le jour de mon arrivée, c'est le fils de la maison qui est venu me chercher à la gare. Nous avons pris le métro et devions en avoir pour environ une heure de trajet, mais nous avons été arrêtés en cours de route parce qu'il y avait un gros problème sur la ligne de métro. Nous avons donc du chercher un bus et trimbaler ma guitare et ma valise dans les rues avant de trouver finalement un bus. Je n'avais pas de quoi payer le trajet, mais le chauffeur, voyant bien mon allure de touriste, m'a laissé monter sans rien me demander.

Un conseil à donner à ceux qui pensent partir étudier à l’étranger ?

Comme je le disais plus haut, c'est un de mes buts pour dans deux ans et donc, je ne peux que dire "foncez". N'ayez pas peur de l'inconnu. Vivez votre rêve à fond, ça vaut la peine !

L'expérience de Martin t'a convaincu ? Retrouve toutes les informations du programme Cours chez le prof en Angleterre sur notre site :)


mardi 8 octobre 2013

Immersion totale en Angleterre : le récit de Lisa

Pourquoi as-tu choisi d'aller prendre des cours d'anglais en immersion totale ? 

Je souhaitais perfectionner mon anglais et le seul moyen d'y arriver était de séjourner dans un pays anglophone, d'être en contact avec les habitants, de découvrir la culture du pays. L’immersion chez le professeur, c'est beaucoup plus vivant qu'en cours. De plus, pour progresser dans une langue, il faut parler le moins possible sa langue d'origine.

Quelle a été la durée de ton séjour ? Est-ce suffisant, trop court, trop long ? Pourquoi?

Je suis restée trois semaines dans la famille. Si on a la possibilité de rester plus longtemps, c'est encore mieux pour progresser. Mais pendant les vacances, c'est un bon compromis pour prendre ses marques et profiter pleinement de la région dans laquelle on se trouve.




Qu’as-tu pensé des cours particuliers (cours, prof, méthodologie) ? 


J'ai eu 3h de cours par jour chez le professeur. Nous n'avions pas vraiment d'horaires fixes, nous avancions à notre rythme. J'ai eu un excellent professeur, patient et compréhensif. Il a utilisé divers supports de travail : journaux, manuels de grammaire, audiovisuel... De temps en temps, je faisais quelques rédactions qu'il corrigeait. J'ai surtout demandé à réviser la grammaire et les bases de l'anglais, et hors des heures de cours, pendant les conversations, j'apprenais du vocabulaire et des structures utilisées au quotidien.

T’es-tu rendu compte que tu avais progressé ?

Je lis les articles de presse plus rapidement qu'avant. Ma compréhension orale s'est largement améliorée. Je m'en rends compte lorsque j'écoute les informations à la télévision ou même une chanson. J'ai aussi appris des expressions typiquement anglaises (et même du cockney!). Je trouve cela tout aussi important pour pouvoir s'exprimer et se faire comprendre. Cependant, il faut évidemment que je poursuive mes efforts et la lecture. Je manque encore de rigueur dans l'expression.


Tu étais hébergée chez ton professeur. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

C'est un véritable échange. Chacun apporte son savoir et ses connaissances sur son pays. Les discussions sont passionnantes. Des liens se créent et on fait des rencontres enrichissantes. C'est très positif.  Il faut démontrer une certaine ouverture d'esprit. De plus, être chez le professeur permet d'avoir des horaires flexibles. Mon professeur adorait faire visiter la ville et ses monuments à ses élèves.


Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui vont partir dans la même région que toi ?

Le Cambridgeshire est une région magnifique qui vaut le détour. C’est la véritable campagne anglaise. Evidemment, il faut visiter Cambridge, la ville universitaire. On se croirait plongé en pleine Renaissance avec tous les "colleges". C'est un lieu pour se cultiver sur l'Histoire de l'Angleterre (la guerre des deux roses, puis Henri VIII en particulier). Un détour par les magasins est aussi obligatoire, et il y a l’embarras du choix. La petite ville d'Ely est aussi sympathique où on peut y visiter la maison de Cromwell.


Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Ce n'est pas un mythe : les Anglais boivent beaucoup de thé, jusqu'à sept fois par jour. Régulièrement, on me demandait: "Would like a cup of tea ?"

Un conseil à donner à ceux qui pensent partir étudier à l’étranger ?

Ne pas hésiter. Je regrette de ne pas être partie plus tôt. On gagne en indépendance, on découvre un pays et on fait des rencontres extraordinaires qui resteront gravées à jamais.


Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?

Parfait. Dès que j'avais une question avant le départ, j'envoyais un mail ou j'appelais l'agence et j'avais une réponse rapidement. Les conseillères ont été à l'écoute de la moindre de mes interrogations. Sur place, j'ai contacté le service 24h/24 qui m'a répondu du premier coup et l'organisatrice locale a appelé durant le séjour pour avoir des nouvelles, ce qui est rassurant.


vendredi 4 octobre 2013

Immersion à Heidelberg : l'aventure d'Antoine


Pourquoi as-tu choisi d'aller prendre des cours d'allemand à Heidelberg ?

J’ai déjà beaucoup voyagé en Allemagne, mais je n’avais jamais visité Heidelberg qui était une de mes destinations de rêve. En effet, c’est une charmante petite ville dont le rythme est fixé par le fleuve le traversant (Neckar), ses nombreux étudiants et son caractère rural prononcé. 


Quelle a été la durée de ton séjour ? Est-ce suffisant, trop court, trop long ? Pourquoi ?

J’ai décidé de prendre deux semaines, plus par manque de temps que par réflexion : j’aurais voulu y rester plus longtemps ! Cependant, deux semaines suffisent pour s’immerger tant dans la culture que dans la famille. On se sent de plus en plus chez soi, tout en apprenant, ce qui renforce l’envie d’apprendre. Je conseillerais de partir une semaine pour un premier stage à l’étranger seul, surtout pour les très jeunes (< 16 ans) car partir seul est déjà une expérience à vivre. Sinon, je conseille de prendre des séjours de deux semaines minimum pour progresser d’un bon pas dans la langue.


Qu’as-tu pensé de l’école F+U (cours, prof, staff) ?

J’ai déjà suivi des cours particuliers et en groupe et, pour ce séjour, j’ai opté pour les cours particuliers. Le professeur prenait soin de répondre à mes besoins spécifiques, et s’adaptait à mon envie grandissante de travailler et de progresser en allemand.


T’es-tu rendu compte que tu avais progressé ?

J’apprends l’allemand depuis plus de cinq ans maintenant. Je le pratique en cours d’année, mais il est nécessaire pour moi de prendre des cours de temps en temps de manière à structurer mon apprentissage et à progresser. Ce séjour m’a clairement aidé à parler de manière plus fluide, acquérir de nouvelles expressions allemandes et lire plus rapidement en allemand.


Tu étais hébergé en famille d'accueil. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

La famille d’accueil constitue selon moi un must pour un séjour à l’étranger. Cela permet d’apprendre la langue de la vie courante et donc de quitter la langue purement scolaire. Cela permet également d’avoir l’opportunité de vivre le quotidien d’une famille allemande, ce que j’apprécie beaucoup, car on progresse alors tant aux niveaux linguistique que personnel (rencontre de nouvelles personnes, échanges d’idées, etc.)

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui vont partir à Heidelberg ?




Allez sur le vieux pont d’Heidelberg, il a énormément de charme et la vue sur la ville et ses alentours y est magnifique.




Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Bien-entendu ! Je joue rarement aux jeux de société en Belgique, mais dans cette famille d’accueil, c’était un must –il y avait deux enfants. J’ai beaucoup rigolé car après les cours, le soir, dès mon retour, un des deux enfants en particulier venait me chercher directement à la porte pour me faire jouer à ceci et cela ; cet enfant était finalement plus exigeant pour la langue que mon professeur particulier ! Aussi, il me permettait de pratiquer mon allemand tout en sautant au trampoline juste après avoir mangé… Dur dur l’apprentissage chez les Allemands !
 

Un conseil à ceux qui pensent partir apprendre une langue à l’étranger ?

Je voudrais donner deux conseils. D’abord il faut oser parler la langue et la vivre, ne pas la subir. On doit faire des fautes, sinon on ne parle pas assez et on risque de trouver le séjour pénible au lieu de s’amuser en apprenant. Ensuite, il faut être curieux et s’intéresser à la famille d’accueil, afin de développer rapidement un sentiment de confiance et, après peu de temps, de complicité (avec les enfants dans la famille par exemple)… et se sentir tout simplement comme chez soi !

Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?

L’organisme permet de se décharger de la tâche de trouver une ville, une famille et une école adéquates, selon nos besoins et envies. Langues Vivantes travaille dans la discrétion et agit professionnellement, tant par la qualité des documents obtenus avant le séjour (par exemple : comment se rendre à l’école et dans la famille d’accueil) qu’après, via une enquête de satisfaction efficace et, je le pense, constructive.



mardi 17 septembre 2013

A la découverte de la Chine : quelques conseils pour préparer son séjour linguistique

Nous ne cessons d’entendre parler de la Chine et de son dynamisme économique effréné. Ce pays fascinant n’en reste pas moins un mystère pour nous, Occidentaux. Il est en effet difficile de comprendre le peuple chinois et sa culture ancestrale lorsqu’on ne partage pas sa langue. Voici donc un petit aperçu de quelques faits qui pourraient vous étonner lors de votre passage dans ces contrées lointaines.


Histoire de famille …


85% de la population chinoise, soit plus d’un milliard de personnes, partagent seulement une centaine de noms de famille. Ainsi, 93 millions de chinois s’appellent Wang ou Li et 88 millions portent le nom de Zhang ! Pas facile de s’y retrouver…



La santé

Les habitudes de vie des Chinois s’appuient sur un précepte millénaire : prendre soin de sa santé. Il n’est donc pas surprenant d’observer des passants cracher en pleine rue ou dans un restaurant, même s’ils sont occupés à parler avec une autre personne. C’est en effet un réflexe hygiénique. On ne garde pas de mucosités en bouche. Voilà une des raisons de la mauvaise réputation des touristes chinois à l’étranger.



A table !

L’art de la table en Chine est particulièrement ancré dans la culture chinoise. Les Chinois s’alimentent autant pour se nourrir que pour entretenir leur santé. Chaque plat doit flatter les sens. Les Chinois mangent presque de tout, du singe à l’ours, du chien au serpent, des racines aux algues. Leur nourriture est découpée en petits morceaux pour n’en faire qu’une bouchée. Les repas peuvent alors être mangés à l’aide de baguettes, en bois, en bambou ou en plastique, pour ne pas altérer leur goût. Les boissons ne sont pas servies à table car tout est prévu dans la nourriture pour se désaltérer.


Un peu de légèreté 

Les habitudes vestimentaires sont quelques peu différentes en Chine. Les Chinois sont pudiques et préfèrent mettre leur corps à l’abri des regards ou tentations. Les filles découvrent rarement leurs épaules, gorge et poitrine, mais ne se rebutent pas pour autant à porter des jupes très courtes. Les hommes par contre, n’hésitent pas à mettre leur ventre à l’air. Cela permettrait de se rafraîchir. L’usage n’est pas encore rentré dans les mœurs pour les filles, jugé trop vulgaire…




Restons neutres

De même, les Chinois n’aiment pas dévoiler leurs sentiments car ils n’aiment pas imposer leurs opinions. La maîtrise de soi est un principe de vie. Il faut donc se dominer en toutes circonstances et ne surtout pas montrer sa colère ou son impatience par des gestes brusques. Leurs gestuelles et expressions sont donc contenues. Cette forme de respect de l’interlocuteur est parfois perçue comme de l’hypocrisie par les Occidentaux.

Sur le bout des doigts ! 

Certains gestes néanmoins ont d’autres significations qu’en Europe : par exemple, lorsque le bras est levé et la main s’agite de haut en bas, ce mouvement est utilisé pour dire « Au revoir » pour les Occidentaux, mais signifie « Viens ici ! » pour les Chinois. Ils ont également une manière différente de compter avec leurs mains. Si vous faites un détour par le marché, il peut se révéler intéressant de retenir ces quelques gestes pour vous faire comprendre.