test

vendredi 4 octobre 2013

Immersion à Heidelberg : l'aventure d'Antoine


Pourquoi as-tu choisi d'aller prendre des cours d'allemand à Heidelberg ?

J’ai déjà beaucoup voyagé en Allemagne, mais je n’avais jamais visité Heidelberg qui était une de mes destinations de rêve. En effet, c’est une charmante petite ville dont le rythme est fixé par le fleuve le traversant (Neckar), ses nombreux étudiants et son caractère rural prononcé. 


Quelle a été la durée de ton séjour ? Est-ce suffisant, trop court, trop long ? Pourquoi ?

J’ai décidé de prendre deux semaines, plus par manque de temps que par réflexion : j’aurais voulu y rester plus longtemps ! Cependant, deux semaines suffisent pour s’immerger tant dans la culture que dans la famille. On se sent de plus en plus chez soi, tout en apprenant, ce qui renforce l’envie d’apprendre. Je conseillerais de partir une semaine pour un premier stage à l’étranger seul, surtout pour les très jeunes (< 16 ans) car partir seul est déjà une expérience à vivre. Sinon, je conseille de prendre des séjours de deux semaines minimum pour progresser d’un bon pas dans la langue.


Qu’as-tu pensé de l’école F+U (cours, prof, staff) ?

J’ai déjà suivi des cours particuliers et en groupe et, pour ce séjour, j’ai opté pour les cours particuliers. Le professeur prenait soin de répondre à mes besoins spécifiques, et s’adaptait à mon envie grandissante de travailler et de progresser en allemand.


T’es-tu rendu compte que tu avais progressé ?

J’apprends l’allemand depuis plus de cinq ans maintenant. Je le pratique en cours d’année, mais il est nécessaire pour moi de prendre des cours de temps en temps de manière à structurer mon apprentissage et à progresser. Ce séjour m’a clairement aidé à parler de manière plus fluide, acquérir de nouvelles expressions allemandes et lire plus rapidement en allemand.


Tu étais hébergé en famille d'accueil. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

La famille d’accueil constitue selon moi un must pour un séjour à l’étranger. Cela permet d’apprendre la langue de la vie courante et donc de quitter la langue purement scolaire. Cela permet également d’avoir l’opportunité de vivre le quotidien d’une famille allemande, ce que j’apprécie beaucoup, car on progresse alors tant aux niveaux linguistique que personnel (rencontre de nouvelles personnes, échanges d’idées, etc.)

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui vont partir à Heidelberg ?




Allez sur le vieux pont d’Heidelberg, il a énormément de charme et la vue sur la ville et ses alentours y est magnifique.




Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Bien-entendu ! Je joue rarement aux jeux de société en Belgique, mais dans cette famille d’accueil, c’était un must –il y avait deux enfants. J’ai beaucoup rigolé car après les cours, le soir, dès mon retour, un des deux enfants en particulier venait me chercher directement à la porte pour me faire jouer à ceci et cela ; cet enfant était finalement plus exigeant pour la langue que mon professeur particulier ! Aussi, il me permettait de pratiquer mon allemand tout en sautant au trampoline juste après avoir mangé… Dur dur l’apprentissage chez les Allemands !
 

Un conseil à ceux qui pensent partir apprendre une langue à l’étranger ?

Je voudrais donner deux conseils. D’abord il faut oser parler la langue et la vivre, ne pas la subir. On doit faire des fautes, sinon on ne parle pas assez et on risque de trouver le séjour pénible au lieu de s’amuser en apprenant. Ensuite, il faut être curieux et s’intéresser à la famille d’accueil, afin de développer rapidement un sentiment de confiance et, après peu de temps, de complicité (avec les enfants dans la famille par exemple)… et se sentir tout simplement comme chez soi !

Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?

L’organisme permet de se décharger de la tâche de trouver une ville, une famille et une école adéquates, selon nos besoins et envies. Langues Vivantes travaille dans la discrétion et agit professionnellement, tant par la qualité des documents obtenus avant le séjour (par exemple : comment se rendre à l’école et dans la famille d’accueil) qu’après, via une enquête de satisfaction efficace et, je le pense, constructive.