test

mardi 22 octobre 2013

Immersion totale en Angleterre : l'expérience de Martin


Pourquoi as-tu choisi d'aller apprendre l'anglais en immersion totale en Angleterre ? 

Après ma rhéto, j'envisage d'aller un an dans une école de musique à Londres. Pour ce faire, il me faut pouvoir m'exprimer et comprendre l'anglais le mieux possible. L'immersion totale est pour moi la meilleure manière de s'améliorer et surtout, d'éviter tout contact avec ma propre langue.

Quelle a été la durée de ton séjour ? Est-ce suffisant, trop court, trop long ? Pourquoi ?
Je suis resté quinze jours dans ma famille d'accueil. C'était déjà bien, mais je m'y suis tellement plu que je serais volontiers resté plus longtemps ! 

Qu’as-tu pensé de la formule one-to-one (cours, professeur, immersion) ? 
  
C'était vraiment cool.

T’es-tu rendu compte que tu avais progressé ?

Oui, même si de l'avis de mon hôtesse / prof. mon niveau d'anglais est déjà très bon pour mon âge, ça m'a permis d'oser m'exprimer plus facilement. J'ai commencé à lire en anglais, ce que je n'avais encore jamais fait. Je regarde maintenant aussi des séries en anglais. Ça a vraiment été un plus pour moi.

Tu logeais dans la famille de ton professeur. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

Je m'y suis senti comme chez moi. Finalement, le fait de vivre chez son professeur fait que les cours n'arrêtent jamais, mais de manière ludique. J'ai eu de très bons contacts avec toute la famille et c'était super !

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui vont partir dans la même région que toi ?

Bien sûr la visite de Londres, mais en tant que musicien, le "Drum shop" de Wembley.

Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Le jour de mon arrivée, c'est le fils de la maison qui est venu me chercher à la gare. Nous avons pris le métro et devions en avoir pour environ une heure de trajet, mais nous avons été arrêtés en cours de route parce qu'il y avait un gros problème sur la ligne de métro. Nous avons donc du chercher un bus et trimbaler ma guitare et ma valise dans les rues avant de trouver finalement un bus. Je n'avais pas de quoi payer le trajet, mais le chauffeur, voyant bien mon allure de touriste, m'a laissé monter sans rien me demander.

Un conseil à donner à ceux qui pensent partir étudier à l’étranger ?

Comme je le disais plus haut, c'est un de mes buts pour dans deux ans et donc, je ne peux que dire "foncez". N'ayez pas peur de l'inconnu. Vivez votre rêve à fond, ça vaut la peine !

L'expérience de Martin t'a convaincu ? Retrouve toutes les informations du programme Cours chez le prof en Angleterre sur notre site :)


mardi 8 octobre 2013

Immersion totale en Angleterre : le récit de Lisa

Pourquoi as-tu choisi d'aller prendre des cours d'anglais en immersion totale ? 

Je souhaitais perfectionner mon anglais et le seul moyen d'y arriver était de séjourner dans un pays anglophone, d'être en contact avec les habitants, de découvrir la culture du pays. L’immersion chez le professeur, c'est beaucoup plus vivant qu'en cours. De plus, pour progresser dans une langue, il faut parler le moins possible sa langue d'origine.

Quelle a été la durée de ton séjour ? Est-ce suffisant, trop court, trop long ? Pourquoi?

Je suis restée trois semaines dans la famille. Si on a la possibilité de rester plus longtemps, c'est encore mieux pour progresser. Mais pendant les vacances, c'est un bon compromis pour prendre ses marques et profiter pleinement de la région dans laquelle on se trouve.




Qu’as-tu pensé des cours particuliers (cours, prof, méthodologie) ? 


J'ai eu 3h de cours par jour chez le professeur. Nous n'avions pas vraiment d'horaires fixes, nous avancions à notre rythme. J'ai eu un excellent professeur, patient et compréhensif. Il a utilisé divers supports de travail : journaux, manuels de grammaire, audiovisuel... De temps en temps, je faisais quelques rédactions qu'il corrigeait. J'ai surtout demandé à réviser la grammaire et les bases de l'anglais, et hors des heures de cours, pendant les conversations, j'apprenais du vocabulaire et des structures utilisées au quotidien.

T’es-tu rendu compte que tu avais progressé ?

Je lis les articles de presse plus rapidement qu'avant. Ma compréhension orale s'est largement améliorée. Je m'en rends compte lorsque j'écoute les informations à la télévision ou même une chanson. J'ai aussi appris des expressions typiquement anglaises (et même du cockney!). Je trouve cela tout aussi important pour pouvoir s'exprimer et se faire comprendre. Cependant, il faut évidemment que je poursuive mes efforts et la lecture. Je manque encore de rigueur dans l'expression.


Tu étais hébergée chez ton professeur. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

C'est un véritable échange. Chacun apporte son savoir et ses connaissances sur son pays. Les discussions sont passionnantes. Des liens se créent et on fait des rencontres enrichissantes. C'est très positif.  Il faut démontrer une certaine ouverture d'esprit. De plus, être chez le professeur permet d'avoir des horaires flexibles. Mon professeur adorait faire visiter la ville et ses monuments à ses élèves.


Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui vont partir dans la même région que toi ?

Le Cambridgeshire est une région magnifique qui vaut le détour. C’est la véritable campagne anglaise. Evidemment, il faut visiter Cambridge, la ville universitaire. On se croirait plongé en pleine Renaissance avec tous les "colleges". C'est un lieu pour se cultiver sur l'Histoire de l'Angleterre (la guerre des deux roses, puis Henri VIII en particulier). Un détour par les magasins est aussi obligatoire, et il y a l’embarras du choix. La petite ville d'Ely est aussi sympathique où on peut y visiter la maison de Cromwell.


Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Ce n'est pas un mythe : les Anglais boivent beaucoup de thé, jusqu'à sept fois par jour. Régulièrement, on me demandait: "Would like a cup of tea ?"

Un conseil à donner à ceux qui pensent partir étudier à l’étranger ?

Ne pas hésiter. Je regrette de ne pas être partie plus tôt. On gagne en indépendance, on découvre un pays et on fait des rencontres extraordinaires qui resteront gravées à jamais.


Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?

Parfait. Dès que j'avais une question avant le départ, j'envoyais un mail ou j'appelais l'agence et j'avais une réponse rapidement. Les conseillères ont été à l'écoute de la moindre de mes interrogations. Sur place, j'ai contacté le service 24h/24 qui m'a répondu du premier coup et l'organisatrice locale a appelé durant le séjour pour avoir des nouvelles, ce qui est rassurant.


vendredi 4 octobre 2013

Immersion à Heidelberg : l'aventure d'Antoine


Pourquoi as-tu choisi d'aller prendre des cours d'allemand à Heidelberg ?

J’ai déjà beaucoup voyagé en Allemagne, mais je n’avais jamais visité Heidelberg qui était une de mes destinations de rêve. En effet, c’est une charmante petite ville dont le rythme est fixé par le fleuve le traversant (Neckar), ses nombreux étudiants et son caractère rural prononcé. 


Quelle a été la durée de ton séjour ? Est-ce suffisant, trop court, trop long ? Pourquoi ?

J’ai décidé de prendre deux semaines, plus par manque de temps que par réflexion : j’aurais voulu y rester plus longtemps ! Cependant, deux semaines suffisent pour s’immerger tant dans la culture que dans la famille. On se sent de plus en plus chez soi, tout en apprenant, ce qui renforce l’envie d’apprendre. Je conseillerais de partir une semaine pour un premier stage à l’étranger seul, surtout pour les très jeunes (< 16 ans) car partir seul est déjà une expérience à vivre. Sinon, je conseille de prendre des séjours de deux semaines minimum pour progresser d’un bon pas dans la langue.


Qu’as-tu pensé de l’école F+U (cours, prof, staff) ?

J’ai déjà suivi des cours particuliers et en groupe et, pour ce séjour, j’ai opté pour les cours particuliers. Le professeur prenait soin de répondre à mes besoins spécifiques, et s’adaptait à mon envie grandissante de travailler et de progresser en allemand.


T’es-tu rendu compte que tu avais progressé ?

J’apprends l’allemand depuis plus de cinq ans maintenant. Je le pratique en cours d’année, mais il est nécessaire pour moi de prendre des cours de temps en temps de manière à structurer mon apprentissage et à progresser. Ce séjour m’a clairement aidé à parler de manière plus fluide, acquérir de nouvelles expressions allemandes et lire plus rapidement en allemand.


Tu étais hébergé en famille d'accueil. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

La famille d’accueil constitue selon moi un must pour un séjour à l’étranger. Cela permet d’apprendre la langue de la vie courante et donc de quitter la langue purement scolaire. Cela permet également d’avoir l’opportunité de vivre le quotidien d’une famille allemande, ce que j’apprécie beaucoup, car on progresse alors tant aux niveaux linguistique que personnel (rencontre de nouvelles personnes, échanges d’idées, etc.)

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui vont partir à Heidelberg ?




Allez sur le vieux pont d’Heidelberg, il a énormément de charme et la vue sur la ville et ses alentours y est magnifique.




Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Bien-entendu ! Je joue rarement aux jeux de société en Belgique, mais dans cette famille d’accueil, c’était un must –il y avait deux enfants. J’ai beaucoup rigolé car après les cours, le soir, dès mon retour, un des deux enfants en particulier venait me chercher directement à la porte pour me faire jouer à ceci et cela ; cet enfant était finalement plus exigeant pour la langue que mon professeur particulier ! Aussi, il me permettait de pratiquer mon allemand tout en sautant au trampoline juste après avoir mangé… Dur dur l’apprentissage chez les Allemands !
 

Un conseil à ceux qui pensent partir apprendre une langue à l’étranger ?

Je voudrais donner deux conseils. D’abord il faut oser parler la langue et la vivre, ne pas la subir. On doit faire des fautes, sinon on ne parle pas assez et on risque de trouver le séjour pénible au lieu de s’amuser en apprenant. Ensuite, il faut être curieux et s’intéresser à la famille d’accueil, afin de développer rapidement un sentiment de confiance et, après peu de temps, de complicité (avec les enfants dans la famille par exemple)… et se sentir tout simplement comme chez soi !

Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?

L’organisme permet de se décharger de la tâche de trouver une ville, une famille et une école adéquates, selon nos besoins et envies. Langues Vivantes travaille dans la discrétion et agit professionnellement, tant par la qualité des documents obtenus avant le séjour (par exemple : comment se rendre à l’école et dans la famille d’accueil) qu’après, via une enquête de satisfaction efficace et, je le pense, constructive.