test

jeudi 9 janvier 2014

Volontariat au Cambodge : le feedback de Léonor

Pourquoi partir faire un volontariat à Phnom Penh au Cambodge ?

J’ai terminé mes études depuis juin 2013. Et, quelques mois avant la fin de mes études, j’ai commencé à faire du bénévolat dans une « école des devoirs ». J’étais aussi une personne de confiance pour ceux qui souhaitaient se confier au sujet de problèmes rencontrés à l’école ou à la maison. J’ai adoré cette expérience. Aider des jeunes enfants, être à l’écoute, développer une relation avec eux, c’était vraiment super.

Après mes études, avant de rentrer dans le monde du travail, j’avais envie de voyager. Je voulais également donner un but à mon voyage, c’est pourquoi j’ai pensé continuer dans le bénévolat. En tombant sur le programme de Langues vivantes : venir en aide aux enfants abandonnés ou orphelins, j’ai tout de suite été intéressée par ce bénévolat. Après que ce soit le Cambodge ou un autre pays d’Asie, c’était bon pour moi.

Quelles étaient tes missions au sein de cette ONG ?

Mes tâches se sont résumées à de la garderie. Je dessinais ou jouais avec les enfants. Vers 11h, quand les enfants arrivaient en masse, j’aidais les membres du staff à servir le repas. Puis vers 12h30, tout redevenait calme et il ne restait que quelques enfants (ceux qui ne vont pas à l’école).

Donner de l’attention, de la tendresse et des câlins à des enfants qui vivent dans la rue, c’est déjà super.

Penses-tu avoir amélioré ton anglais au cours de ton séjour ?

Oui, j’ai énormément pratiqué mon anglais avec les autres bénévoles qui venaient principalement d’Australie. C’était génial de ne parler qu’anglais, c’est le meilleur exercice pour améliorer la langue.

Tu étais hébergé en guest house. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

Oui, contrairement aux autres bénévoles, j’étais logée en guest house. La chambre était super : lit double, salle de bain, tv, wifi et air conditionné. En plus, je n’avais que 5 minutes à marcher jusqu’à l’association.

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui, comme toi, vont partir à Pnohm Penh ?

Il y a pas mal de choses à voir : le musée national, le palais royal, le musée du génocide, le stade olympique et puis tous les marchés : marché olympique, marché Oroussey, marché central mais aussi le marché russe situé à 5 minutes à pied de l’association. Il faut bien négocier sa course avec un tuk-tuk ou une moto ou y aller à pied tout simplement. C’est aussi intéressant d’aller dans d’autres villes. J’ai visité Sihanoukville, le lieu des plages magnifiques et paradisiaques. Il faut également absolument aller à Siem Reap, le lieu des temples d’Angkor.

Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Grâce au directeur de l’association, Monsieur Chivv, j’ai pu participer à un mariage cambodgien. C’était intéressant d’être confrontée à cette tradition culturellement différente de la nôtre. J’ai été traitée comme une invitée « vip ». Même si les futurs mariés ne me connaissaient pas, j’étais invitée à être sur les photos prises par un photographe professionnel. J’ai même participé à un rituel qui consiste à « bénir » les futurs mariés.




Qu'est-ce qui t'a le plus marqué lors de ce séjour ?

La rencontre avec deux filles adorables : une de 14 ans qui avait quelques notions d’anglais et une petite de 3 ans qui insistait pour être dans nos bras, nous, les bénévoles. Malheureusement, il est impossible de tisser une relation à cause de la barrière linguistique. Tout se passe alors dans les regards, les sourires et les câlins.

Mes voyages dans les autres villes ; ça a aussi été une aventure incroyable puisque j’ai tout organisé toute seule et que j’ai vu la beauté extraordinaire de certains lieux. J’ai visité les temples d’Angkor à vélo et ça a été une découverte impressionnante. Puis la rencontre des autres bénévoles. J’ai rencontré plusieurs filles vraiment incroyables et très intéressantes. Des rencontres qui permettent de voyager car on s’invite chacune dans nos pays respectifs.

Un conseil à donner à ceux qui pensent à partir faire du volontariat ?

S’il s’agit de partir plus de deux semaines, je conseille de s’organiser des petits voyages sur le côté pour vraiment visiter tout le pays plutôt que de rester dans une seule ville.

Au niveau de l’association, comme il s’agit de s’occuper d’enfants sans tâche particulière, il peut être intéressant de venir avec des jeux ou des idées d’activités peu onéreuses à faire avec les enfants.

Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?

Lorsque j’ai eu besoin d’informations, j’ai été bien reçue. J’avais toujours une réponse rapide de la part d’un responsable de Langues Vivantes.

Bien que j’aie dû faire face à certains problèmes durant mon séjour, le programme est super et doit être maintenu : venir en aide à des enfants abandonnés ou orphelins, c’est vraiment important. Le bénévole offre quelques heures de tendresse, de sourire, d’attention à un enfant qui en manque totalement.
Tu veux vivre la même aventure que Léonor ? Retrouve toutes les informations de notre programme de volontariat au Cambodge !