test

mardi 28 janvier 2014

Volontariat à l'étranger : une autre façon d'allier langue et rencontres humaines

Envie de donner une dimension humaine et solidaire à ton séjour à l'étranger ? Les programmes de volontariat sont là pour toi ! 

Programmes d'aide à la population locale
La grande majorité des formules de volontariat proposées par Langues Vivantes ont pour but de venir en aide à la population locale, que ce soit via des missions de construction, d'enseignement, de soins de santé, de sensibilisation à l'écologie ou encore par la mise en place de projets visant à préserver l'environnement.

Où peut-on partir ?

  • En Inde et au Népalpour aider à l'émancipation des femmes, aux soins de santé ou à la construction d'infrastructures, à l'enseignement. Des missions de garde d'enfants et de sensibilisation au sport sont également proposées.
  • Au Cambodge pour améliorer le bien-être des enfants des rues.
  • Au Costa Rica pour t'engager dans un projet écologique ou environnemental, apporter ton aide pour des soins de santé ou pour l'enseignement.
  • Au Pérou ou en Argentine pour des missions liées à l'éducation, au tourisme, au travail social, à la culture ou à la restauration.

Programmes de soin aux animaux en Afrique du Sud
Les animaux sont tout pour toi ? L'idée de côtoyer des félins te fait rêver ? Les lionceaux, lions blancs, guépards et autres tigres t'attendent à Johannesbourg, dans un parc à lions ou au sein d'une réserve naturelle. 



Dans le parc à lions, tu aideras à préparer la nourriture des animaux, tu nourriras les lionceaux, tu participeras au nettoyage des enclos et de la garderie et, si ton niveau d'anglais est suffisamment bon, tu pourras guider les visiteurs au sein du parc. 


Si tu choisis la réserve naturelle, tu participeras à la construction d'une "piscine" pour les tigres, tu contribueras à l'entretien du camp de félins et des chemins de terre de la réserve, tu auras l'occasion de soigner les animaux malades et de sortir les lionceaux, etc.



Une aventure faire de rencontres

Si les programmes proposent des mission de différente nature, tous représentent l'opportunité de faire des rencontres marquantes et enrichissantes, que ce soit avec la population locale, les organisateurs ou les autres volontaires. 


C'est ce que met en avant Léonor lorsqu'elle raconte son séjour au Cambodge : "Grâce au directeur de l’association, Monsieur Chivv, j’ai pu participer à un mariage cambodgien. C’était intéressant d’être confrontée à cette tradition culturellement différente de la nôtre. J’ai été traitée comme une invitée « vip ». Même si les futurs mariés ne me connaissaient pas, j’étais invitée à être sur les photos prises par un photographe professionnel. J’ai même participé à un rituel qui consiste à « bénir » les futurs mariés."


Et lorsqu'on lui demande ce qui l'a le plus marquée lors de son séjour, elle évoque "la rencontre avec deux filles adorables : une de 14 ans qui avait quelques notions d’anglais et une petite de 3 ans qui insistait pour être dans nos bras, nous, les bénévoles. Malheureusement, il était impossible de tisser une relation à cause de la barrière linguistique. Tout se passait alors dans les regards, les sourires et les câlins."



Envie de t'envoler pour une expérience inoubliable ? Retrouve tous nos programmes de volontariat ou contacte l'équipe Langues Vivantes


mardi 14 janvier 2014

Cours d'anglais et job en Australie : l'histoire de Rémy


Pourquoi as-tu choisi de suivre des cours d'anglais en Australie ? Pourquoi Perth ?
J'ai choisi l'Australie pour apprendre l'anglais car c'était peut-être la seule occasion dans ma vie que j'aurai pour visiter ce coin du monde. J'ai ensuite choisi Perth, en sachant que c'était une destination moins prisée par la Belgique ( mais pas spécialement par les Français, il y en a beaucoup à Perth), car je ne suis pas venu ici pour parler français.

Quelle a été la durée de ton séjour ?
Je n'ai pris que 4 semaines de cours afin de "booster" mon faible niveau d'anglais, pour pouvoir trouver un job plus rapidement en Australie

Qu’as-tu pensé de l’école (cours, prof, staff) ?
En ce qui concerne l'école, je n'ai rien à redire. J'ai été placé dans le niveau qui me correspondait, je suis amplement satisfait de l'évolution que j'ai pu avoir durant ces 4 semaines. 

Tu étais hébergé en famille d'accueil. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?
En ce qui concerne la famille d'accueil, je pense que j'ai eu beaucoup de chance. Je sais par expérience que certaines familles n'accueillent que pour l'argent. Ici, j'ai vraiment été bien accueilli, la nourriture était excellente et l'ambiance toujours bonne. Je suis ici avec 3 autres étudiants (Suisse, Bali et Argentine). J'ai d'ailleurs prolongé mon séjour dans la famille d'une semaine pour l'instant, le temps de trouver du boulot. Ensuite, je verrai suivant l'endroit où je travaillerai. Mon séjour en famille m'a apporté la certitude de parler anglais toute la journée et j'ai eu la chance de continuer à me faire corriger en rentrant le soir ce qui est toujours intéressant pour progresser rapidement. 

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui, comme toi, vont partir à Perth ?


En ce qui concerne Perth, personnellement j'aime beaucoup la ville et je trouve qu'elle est un bon point de départ pour voyager par après. Mais je pense que si d'autres personnes viennent en Australie pour apprendre l'anglais pour une période de cours beaucoup plus longues et sans perspective de rester dans le pays, je conseillerais plutôt la côte Est car je pense qu'il est dommage de venir en Australie sans voir la côte Est.

Un conseil à donner à ceux qui pensent partir apprendre l'anglais à l’étranger ?
Surtout ne pas hésiter, c'est une expérience de vie unique. 

Deux semaines après son témoignage, voici une petite mise à jour sur l'aventure de Rémy

Est-ce que tes recherches de travail ont abouti à quelque chose. As-tu de nouveaux projets quant à ton voyage ? 

Oui j'ai trouvé du boulot. Je suis super content. Je commence lundi prochain dans une ferme à 150 km au nord de Perth. J'avais des contacts depuis deux semaines avec ces gens-là mais sans jamais être sûr d'être pris. Ils sont passés dans la famille où je réside le 2 Janvier pour une interview et m'annoncer que j'étais pris. Je suis super content parce que je commençais à devenir juste au niveau du portefeuille. Il ne faut surtout pas hésiter à préciser aux jeunes qui veulent partir que les débuts en Australie sont relativement chers quand on ne travaille pas. Et que l'on peut rapidement se retrouver à cours d'argent si l'on ne trouve pas de travail dans les semaines suivant l'arrivée. 

Je vais travailler dans une ferme de 100 hectares à peu près en tant qu'homme à tout faire. Pas de fruitpicking pour moi, c'est une ferme de bétails. Au programme, entretien de la propriété, couper et rentrer du bois pour l'hiver et toutes les autres tâches qui me seront surement demandées. Je suis payé un peu en dessous de la moyenne, qui tourne autour de 20 dollars de l'heure, mais je suis nourri et logé donc ça compense. Le but est maintenant de pouvoir mettre un maximum de côté et j'espère pouvoir investir dans un véhicule pour commencer à voyager à travers le pays. Ma vie sociale risque également de se retrouver au point mort car je commencerai à travailler à 5 am et finirai en général vers 7 pm avec un break au milieu car il fait trop chaud pour bosser. Il faisait 40 degrés à l'ombre avant hier. Mais bon, il faut mordre un peu sur sa chique pour pouvoir profiter par après :) 


Envie de suivre les traces de Rémy ? Commence par des cours d'anglais à Perth avec notre école partenaire PICE et n'hésite pas à nous contacter !


jeudi 9 janvier 2014

Volontariat au Cambodge : le feedback de Léonor

Pourquoi partir faire un volontariat à Phnom Penh au Cambodge ?

J’ai terminé mes études depuis juin 2013. Et, quelques mois avant la fin de mes études, j’ai commencé à faire du bénévolat dans une « école des devoirs ». J’étais aussi une personne de confiance pour ceux qui souhaitaient se confier au sujet de problèmes rencontrés à l’école ou à la maison. J’ai adoré cette expérience. Aider des jeunes enfants, être à l’écoute, développer une relation avec eux, c’était vraiment super.

Après mes études, avant de rentrer dans le monde du travail, j’avais envie de voyager. Je voulais également donner un but à mon voyage, c’est pourquoi j’ai pensé continuer dans le bénévolat. En tombant sur le programme de Langues vivantes : venir en aide aux enfants abandonnés ou orphelins, j’ai tout de suite été intéressée par ce bénévolat. Après que ce soit le Cambodge ou un autre pays d’Asie, c’était bon pour moi.

Quelles étaient tes missions au sein de cette ONG ?

Mes tâches se sont résumées à de la garderie. Je dessinais ou jouais avec les enfants. Vers 11h, quand les enfants arrivaient en masse, j’aidais les membres du staff à servir le repas. Puis vers 12h30, tout redevenait calme et il ne restait que quelques enfants (ceux qui ne vont pas à l’école).

Donner de l’attention, de la tendresse et des câlins à des enfants qui vivent dans la rue, c’est déjà super.

Penses-tu avoir amélioré ton anglais au cours de ton séjour ?

Oui, j’ai énormément pratiqué mon anglais avec les autres bénévoles qui venaient principalement d’Australie. C’était génial de ne parler qu’anglais, c’est le meilleur exercice pour améliorer la langue.

Tu étais hébergé en guest house. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?

Oui, contrairement aux autres bénévoles, j’étais logée en guest house. La chambre était super : lit double, salle de bain, tv, wifi et air conditionné. En plus, je n’avais que 5 minutes à marcher jusqu’à l’association.

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui, comme toi, vont partir à Pnohm Penh ?

Il y a pas mal de choses à voir : le musée national, le palais royal, le musée du génocide, le stade olympique et puis tous les marchés : marché olympique, marché Oroussey, marché central mais aussi le marché russe situé à 5 minutes à pied de l’association. Il faut bien négocier sa course avec un tuk-tuk ou une moto ou y aller à pied tout simplement. C’est aussi intéressant d’aller dans d’autres villes. J’ai visité Sihanoukville, le lieu des plages magnifiques et paradisiaques. Il faut également absolument aller à Siem Reap, le lieu des temples d’Angkor.

Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?

Grâce au directeur de l’association, Monsieur Chivv, j’ai pu participer à un mariage cambodgien. C’était intéressant d’être confrontée à cette tradition culturellement différente de la nôtre. J’ai été traitée comme une invitée « vip ». Même si les futurs mariés ne me connaissaient pas, j’étais invitée à être sur les photos prises par un photographe professionnel. J’ai même participé à un rituel qui consiste à « bénir » les futurs mariés.




Qu'est-ce qui t'a le plus marqué lors de ce séjour ?

La rencontre avec deux filles adorables : une de 14 ans qui avait quelques notions d’anglais et une petite de 3 ans qui insistait pour être dans nos bras, nous, les bénévoles. Malheureusement, il est impossible de tisser une relation à cause de la barrière linguistique. Tout se passe alors dans les regards, les sourires et les câlins.

Mes voyages dans les autres villes ; ça a aussi été une aventure incroyable puisque j’ai tout organisé toute seule et que j’ai vu la beauté extraordinaire de certains lieux. J’ai visité les temples d’Angkor à vélo et ça a été une découverte impressionnante. Puis la rencontre des autres bénévoles. J’ai rencontré plusieurs filles vraiment incroyables et très intéressantes. Des rencontres qui permettent de voyager car on s’invite chacune dans nos pays respectifs.

Un conseil à donner à ceux qui pensent à partir faire du volontariat ?

S’il s’agit de partir plus de deux semaines, je conseille de s’organiser des petits voyages sur le côté pour vraiment visiter tout le pays plutôt que de rester dans une seule ville.

Au niveau de l’association, comme il s’agit de s’occuper d’enfants sans tâche particulière, il peut être intéressant de venir avec des jeux ou des idées d’activités peu onéreuses à faire avec les enfants.

Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?

Lorsque j’ai eu besoin d’informations, j’ai été bien reçue. J’avais toujours une réponse rapide de la part d’un responsable de Langues Vivantes.

Bien que j’aie dû faire face à certains problèmes durant mon séjour, le programme est super et doit être maintenu : venir en aide à des enfants abandonnés ou orphelins, c’est vraiment important. Le bénévole offre quelques heures de tendresse, de sourire, d’attention à un enfant qui en manque totalement.
Tu veux vivre la même aventure que Léonor ? Retrouve toutes les informations de notre programme de volontariat au Cambodge !