test

jeudi 14 avril 2016

Victoria, en séjour High School aux USA, fait un bilan superbe et touchant de son expérience.

Bonjour à tous, 

Je m’appelle Victoria Stiz, j’ai 18 ans et je viens de Verviers. 

J’ai toujours voulu être une étudiante d’échange, ça a toujours été un rêve. Ma maman est partie refaire sa rhéto au Canada lorsqu’elle avait 18 ans, du coup j’ai toujours eu des échos positifs à ce sujet. De plus, l’an dernier, mon frère est lui aussi parti une année à l’étranger, dans un programme différent ( 6 mois en Hollande et 6 mois aux USA). Une fois de plus, je n’ai eu que de bons retours qui n’ont fait que me motiver à partir. 

Au moins de décembre 2015, je me rends à Bruxelles pour sauter le pas et m’inscrire au programme d’étudiant d’échange « High School ». Je dois donc remplir un dossier, recevoir des lettres de recommandation de mes professeurs, passer des test de langue, etc. Tout est allé très vite. 
Le 7 août 2015, c’est le grand départ. Départ de Bruxelles direction Chicago d’abord pour un weekend d’orientation avec tous les étudiants d’échanges du programme Nacel Open Door, et ensuite, destination finale : Salt Lake City dans l’Utah. Avant de partir, bien sûr, viennent les « adieux » auprès de la famille qui je l’avoue sont terribles. Après avoir passé la douane, le dernier regard en direction de ses proches pour les 10 prochains mois. 
Une fois arrivée à l’aéroport, on découvre la famille avec laquelle on va habiter pour les 10 prochains mois, la famille pour laquelle on s’est posé tant de questions. 

Pour ma part, le contact est directement passé et je me suis tout de suite sentie intégrée au sein de la famille. Toutefois, je ne m’étais pas préparée à un tel choc. Le fait de laisser toute sa vie de côté pour s’envoler vers l’inconnu total, ce n’est pas rien. Je ne cache pas que ça a vraiment été très difficile, mais je me suis accrochée, je n’ai pas baissé les bras et je me suis surpassée pour rencontrer et aller vers les autres. Il m’aura fallu plus ou moins trois mois d’adaptation pour vraiment me sentir heureuse ici, pour lâcher le contact trop présent avec mes amis et ma famille en Belgique et pour enfin vivre mon expérience à 100%


Aujourd’hui, le 12 avril 2016, je ne regrette absolument pas mon choix. Je pense que cette expérience m’aura fait grandirapprendre à me surpasser, me débrouiller et apprécier les petites choses que l’on pense parfois banales. J’ai rencontré des personnes merveilleuses avec qui j’espère vraiment garder le contact. J’ai rencontré des amis américains, mais pas que. J’ai aussi rencontrer des amis de partout dans le monde. D’autres étudiants d’échanges avec qui j’ai noué des liens incroyables. Nous vivons tous la même expérience, nous savons à quel point ça peut être génial et extrêmement difficile à la fois. 






Aujourd’hui quand je pense au fait que je vais partir dans moins de deux moins, je ne réalise pas que je perdrai cette vie qui est devenue la mienne. Au cours de cette année j’ai énormément voyagé, vu des paysages magnifiques, pris le temps de regarder autour de moi et d’apprécier ce que je voyais et tout ça je l’ai fait avec des gens que j’ai rencontrés ici, que je ne connaissais pas il y a 10 mois de ça et aujourd’hui je n’imagine plus ma vie sans eux parce qu’ils en font partie. 







Alors au final, la question que chaque étudiant d’échange se posera probablement à un moment de son année, c’est de savoir ce qui est le plus difficile : quitter sa vie entière pour 10 mois, ou quitter la vie que l’on s’est créé soi-même pendant 10 mois, pour toujours ?