test

lundi 26 septembre 2016

Volontariat au Népal : Christine revient sur son séjour de 3 mois

Qu'est-ce qui t'a donné envie de partir faire un volontariat au Népal ?
J'ai toujours voulu aller au Népal, pour les paysages, la religion et la culture qui m'ont toujours attirée.



Quelles étaient tes missions pendant ce séjour ?
J'enseignais l'anglais à des femmes népalaises, un groupe de 6 à 8 personnes (Lily Flower School).



On s'occupait également d'enfants handicapés ou orphelins après l'école pendant le temps des devoirs (Disabled Home Gokarna).




Tu es partie 12 semaines. Est-ce suffisant, trop court, trop long ? 
C'est le temps minimum pour comprendre et vivre pleinement au Népal, pour comprendre le mode de vie, la culture... J'ai eu la chance de pouvoir partir 12 semaines, et si j'en avais eu la possibilité, je serais restée plus longtemps.

Penses-tu avoir amélioré ton anglais au cours de ton séjour ?
Mon anglais s'est amélioré, tant en compréhension qu'en expression.

Tu étais hébergée en famille d'accueil. Qu'est-ce que cela t'a apporté ?
Une super expérience. Il est normal quand on reste longtemps dans un pays de vivre au quotidien comme les locaux, de manger comme eux. Cette famille et le fait de vivre au quotidien avec elle ont été la plus belle rencontre et la plus belle expérience de mon séjour.

Quel lieu incontournable conseillerais-tu à ceux qui, comme toi, vont partir au Népal ?
Tous les lieux touristiques de Kathmandu : boudhanath, pashupatinath, swayambunath, Dubar square, Kopan monastery, Pillahari monastery, Gokarna Forest ...
Les plus célèbres villes : Patan, Pokhara, Chtiwan, Bhaktapur, et deux merveilleux monastères à 20 km de Kathmandu : Namobouddha et Nala Gumba.



Une anecdote insolite ou drôle à nous raconter ?
Avec les autres volontaires, il y a eu quelques situations marrantes, car les Népalais, quand ils disent oui avec la tête, font le signe de tête "non" européen. 

Un conseil à donner à ceux qui pensent partir en volontariat ?
Partir en volontariat, ce n'est pas partir en vacances. Même si on a le temps de visiter le pays, il faut être sérieux dans sa démarche et donc dans les projets. 

Qu’as-tu pensé du service de Langues Vivantes ?
Sérieux, avec des réponses rapides. J'aurai aimé juste avoir avec un peu plus d'informations plus tôt sur l'organisme Idex. 

L'expérience de Christine t'inspire ? Découvres-en plus sur le programme de volontariat au Népal de Langues Vivantes !